1 million de mètres par Franck Vignerol

Les remerciements

Je tiens à remercier bon nombre de personnes qui ont cru en moi, pour aller jusqu’au bout de ce défi atypique ;

-       Marilyne, ma moitié, et mes enfants mes premiers supporters, pour leur patience et leur soutien avant, pendant et après le challenge,

-       Jean-Philippe, pour ses plans d’entraînement sur-mesure, ses conseils techniques et sa faculté à m’expliquer tout simplement sa conception de l’exercice sur l’ergomètre,

-       La FIRT, pour son adhésion et ses encouragements (en provenance de Djibouti, des Pays-Bas, de la Finlande, de la Polynésie, de l’Italie et de toute la France),

-       Etienne et Vincent, pour avoir ouvert la voie,

-       L’Etoile Nautique de l’Oise, pour le prêt des installations, l’engouement qu’a suscité ce défi et le soutien que ses membres ont manifesté au cours de ces 1000 kilomètres,

-       Marie, ma podologue préférée sans qui ce défi aurait pu tourner au calvaire (aucune ampoule à l’arrivée !),

-       Emmanuel, celui par qui j’ai pu trouver les deux perles rares que sont Christophe et Romain,

-       Christophe et Romain, les kinés que j’appelle « les Faiseurs de miracles »,

-       Kévin, le Webmaster de la FIRT, pour son assistance du point de vue logistique et technique,

-       Farida, qui m’a suivi médicalement,

-       Bertrand et Laurent d’Incept Sport, pour leurs analyses et leurs conseils avisés,

-       Top Performance, qui m’a simplifié la vie tant sur la plan de l’alimentation que de l’hydratation durant ces longues journées avec des produits « au top »,

-       Sophie, pour son approche des Techniques d’Optimisation du Potentiel,

-       Samuel, pour ses actes de chiropraxie qui ont fait des merveilles en amont du défi,

-       Catherine, Gaëlle et Cyprien, pour leur expertise médicale,

-       Laurent, mon coéquipier des premières épreuves d’ergo dès le début des années 2000, celui qui sait me mettre face à la réalité,

-       Je tiens à remercier tout particulièrement Michel, membre de l’ENO, sur plusieurs points :

  • Il a été le reporter de l’événement : celui qui postait les photos et vidéos tout au long de ce challenge (de nuit comme de jour), celui qui a permis de faire vivre mes péripéties sur les réseaux sociaux, toujours avec le petit mot qui allait bien,
  • Il a ramé à mes côtés à maintes reprises et à toute heure, toujours de bonne humeur,
  • Tout en ramant à mes côtés, nous avons partagé notre passion pour l’aéronautique (planeur et avion),
  • Il m’a accompagné jusqu’à l’arrivée (finir un lundi matin de bonne heure, n’attire pas forcément des foules immenses).

La mise en place du projet

Les 24 heures de Mérignac en octobre 2013 fut le point d’entrée dans cette grande aventure qu’est l’Ultra endurance, grâce à Raphaël, mon ami et organisateur de ce défi.

En février 2014, lorsque je lui ai annoncé mon intention de faire un 100 kilomètres en solo dans mon garage, il m’a dit qu’il ne le ferait sûrement pas dans ces conditions. Mais pour moi, peu importait : une place suffisante pour poser le rameur, un entraînement aux petits oignons de Jean-Philippe, et c’était parti en octobre 2014.

Rebelote en mai 2015, mais aux 100 kilomètres de Coëtquidan (merci à Js KLS pour cette rencontre où il fait bon ramer en toute simplicité, avec des anglais, des italiens et des français de tous horizons, et dans la franche camaraderie).

La veille de l’Open de Picardie de cette année, je lance à Alain (le président de l’ENO) ; « Je vais faire 1000 kilomètres d’ici la fin de l’année à l’ENO. ».

J’en parle à Raphaël et plus tard à Kévin, les deux me répondent : « Grand fou ! ».

Dès lors, je commence à rechercher les différents acteurs qui feront de ce rêve, une réalité.

Je fais part de mon projet à Jean-Philippe (mon entraîneur), qui une fois la surprise passée, me concocte une préparation à la mesure de la tâche à accomplir.

Elle sera composée de 72 items sur 13 semaines, à raison de ;

  • 6 entraînements/semaine durant les 8 premières semaines,
  • 5 entraînements/semaine durant les 4 suivantes,
  • 4 entraînements, la dernière semaine.

Je commence donc la série, le 31 août. Les semaines passant, je trouve un rythme qui me convient (cad 18-20, 120W de moyenne et un Drag Factor de 90).

La semaine précédant le défi, je place le rameur sur slides, afin de me familiariser avec la synchronisation quelque peu différente de l’ergo en statique.

Comme Etienne et Vincent avant moi, je couvrirai la distance sur slides car moins traumatisant pour le dos.

Une date est arrêtée : début de l’épopée, le lundi 30 novembre 2015 à 09h00.

Les préambules

Samedi 28 novembre 2015 :

Dans la matinée, je fais la dernière séance d’ergo que m’a programmé Jean-Philippe.

Dans l’après-midi, je m’attelle à ranger tout le matériel que j’ai listé depuis un long moment.

Dimanche 29 novembre 2015 :

Je fais un premier voyage à l’ENO avec le modèle E, les slides et la table de kiné. Arrivé sur place, rangement de la salle avec Marilyne, Isabelle et Raynald (des amis de longue date), puis mise en place de la machine, des slides et essai en dynamique de l’ensemble.

Je m’efforce de ranger au mieux le bureau des entraîneurs qui me servira de chambre, le temps du défi.

A 23h00, tout est rangé et l’électronique essayée.

Je pars me coucher au plus vite.

Place aux choses sérieuses

Lundi 30 novembre 2015 :

 

Petite nuit (réveillé à 04h30, j’ai eu du mal à trouver le sommeil), lever à 06h45, petit déjeuner, élaboration des boissons du jour.

Marie arrive vers 08h15 et prend à son compte, le bandage de mes pieds (pas une seule ampoule à dénombrer à l’issue des 1000 kilomètres !!!).

Marilyne arrive de l’école, Alain (notre président), Alexis, Murielle et Marc la rejoignent peu après.

Le départ est donné à 09h11mn16s.

J’ai décidé de faire des sessions de 5 ou 10 kilomètres avec un cumul théorique de 175 kilomètres par jour (valeur qui ne sera jamais atteinte pendant le défi).

Alexis fait son 2000m progressif, vers 09h15, à mes côtés.

Entre 09h00 et 13h00, j’effectue 5*10 km.

Entre 13h30 et 14h45, Christophe, le kiné, me prodigue les premiers massages.

Repas léger vers 15h00.

Entre 15h15 et 18h30, j’ajoute 35 km au compteur.

De 18h30 à 19h30, Romain, le second kiné, me réajuste les vertèbres et me masse les jambes.

Je passe les 100 km à 21h05.

De 20h00 à 00h00, je rame 35 km supplémentaires.

Douche froide, repas, étirements et dodo à 00h50.

Total jour 1 : 120 km.

Mardi 01 décembre 2015 :

Lever à 06h45 et vérification du poids dans la foulée : j’ai perdu 1 kg entre hier et aujourd’hui. Cette perte est certainement due au fait que j’ai grignoté durant toute la journée du lundi. Désormais, je m’attacherai à faire de vrais repas en plus de me ravitailler après chaque relais.

De 07h45 à 11h30, 40 km sont engrangés. Marc vient ramer quelques temps à mes côtés.

De 11h45 à 13h00, Christophe s’affaire sur quelques muscles et articulations endoloris ; puis douche chaude dans la foulée.

Vient alors, le premier vrai repas (soupe, courgettes, riz et sardines).

Dans l’après-midi, une période d’une heure sans personne à côté de moi m’a semblé une éternité. Mais cela ne m’empêche pas de rajouter 50 km dans mon escarcelle.

Entre 19h00 et 19h45, une sieste s’est imposée.

De 20h00 à 20h55, Romain œuvre pour me maintenir en condition optimale pour ma première nuit banche.

Michel, nouveau membre de l’ENO en provenance de Montpellier et reporter de l’événement pour l’occasion, rame avec moi en début de nuit.

Laurent, un ami de longue date, est venu me soutenir en alignant quelques kilomètres à mes côtés dans la soirée.

Ces deux rameurs m’auront mis du baume au cœur, à chaque fois qu’ils seront passés. En parlant, en ramant ou en assistant à mon challenge, ils m’ont permis par leurs paroles et leur présence, de continuellement garder le cap.

Ils ont du s’employer, et je les en remercie, à me sermonner afin que je recadre ma façon de gérer mes périodes entre les sessions. Leurs efforts n’auront pas été vains, puisque par la suite, j’alignerai plus de kilomètres par jour.

Total jour 2 : 130 km.

Première nuit blanche.

Mercredi 02 décembre 2015 :

Je m’accorde plusieurs assoupissements durant cette matinée ;

  • de 00h50 à 01h30,
  • de 05h00 à 05h20,
  • de 07h30 à 07h50.

Marc vient ramer sur un autre ergo vers 06h00.

Christophe passe de 11h30 à 12h30.

Farida, le médecin est présente à partir de 13h10. Elle m’ausculte et prend ma tension ; tout va bien. Je fais un somme d’une heure et cela me fait un bien fou.

Romain (CrossFit) passe me voir, et me souhaite un bon courage pour le chemin restant à parcourir.

Stéphane et Sébastien me rendent visite à leur tour, et me donnent des nouvelles du boulot : rien n’a changé.

Romain, le kiné, me remet en ordre de marche de 18h00 à 19h00.

Repas, douche et dodo vers 23h30.

Total jour 3 : 155 km.

Jeudi 03 décembre 2015 :

Lever à 06h00 : j’ai très bien dormi et le réveil fut bon. À la pesée, j’ai repris le kilo perdu (très bon signe !!!).

Début de rame à 07h05 : Marc et Michel m’accompagne durant une dizaine de kilomètres.

Farida m’examine dans la matinée (stéthoscope et tensiomètre portable : elle dit de moi que je suis une machine).

Si le corps le permet.

Pendant la séance de massage avec Christophe à 11h00, plusieurs personnes du travail viennent me saluer : ils me souhaitent une bonne séance de soin et s’éclipsent discrètement.

Un roupillon est indispensable entre 16h30 et 17h30.

Au réveil, Farida me trouve un peu bizarre ; elle décide de me faire faire un bilan sanguin.

Anne, une amie infirmière, lui prête main forte pour cela.

Le résultat est moins grave qu’elle ne le pensait ; aucune carence à signaler, juste l’obligation d’augmenter les apports liquidiens. Par conséquent, je boirai plus entre deux sessions (donc j’irai plus souvent aux toilettes).

Entre 16h00 et 17h00, je me suis retrouvé seul et le temps m’a paru une fois de plus très long.

Les 500 km sont passés à 19h13.

Romain me retape entre 19h15 et 20h10.

Repas à 22h50.

Total jour 4 : 135 km.

Deuxième nuit blanche.

 

 

Vendredi 04 décembre 2015 :

Une première sieste entre 00h30 et 01h30 se solde par un réveil calamiteux, car le repos ne fut pas aussi salvateur qu’espéré.

Marilyne, Cécile, Alexis et Hugo me tiennent compagnie jusqu’à 02h00.

Des crampes apparaissent et nécessitent une modification de ma position sur le siège.

Les douleurs se situent ;

  • Au mollet droit,
  • À l’avant-bras gauche,
  • À la nuque,
  • Au milieu du dos,
  • Au coude droit.

Le mental, le cœur du défi.

Vers 06h00, la venue des Loisirs Michel et Marc, me permet d’attendre le lever du soleil paisiblement.

Un micro-sommeil de 06h30 à 06h50, recharge mes batteries.

Julien et Sébastien s’installent sur les rameurs près de moi, et parcourent quelques kilomètres avant d’embaucher. Nicolas leur succède peu de temps après.

Christophe me requinque de 11h30 à 12h30.

Une halte sommeil m’accapare de 13h15 à 15h10, elle me fait du bien (bien dormi mais pas assez).

Par la suite et durant 20 km, je mouline et ne parviens pas à me mettre dans le rythme.

Je retourne au lit à 17h15, pour une durée de 30 minutes.

Avec les batteries gonflées à bloc et la visite de Sonia, me voilà reparti sur de bonnes bases.

Christophe me répare de 20h45 à 21h50.

Douche, repas et dodo vers 00h00.

Total jour 5 : 145 km.

 

Samedi 05 décembre 2015 :

Lever à 06h00 et contrôle du poids, tout se maintient.

Début de rame à 07h00.

Jean-Yves journaliste au Parisien, m’interviewe en début d’après-midi.

Ensuite Laurent (l’homme du recadrage) et ses enfants passent me voir.

Les minimes, junior(e)s et séniors font leur test 500m pour l’Open de Rouen du lendemain : tout le monde est en forme.

Une douleur au milieu du dos, m’oblige à prolonger ma pause et à étirer plus longuement la partie en souffrance.

Repos de 1h30 à partir de 17h30.

Total jour 6 : 150 km.

 

Troisième nuit blanche.

Dimanche 06 décembre 2015 :

Tout au long de cette journée, je passerai plusieurs fois par la case sommeil ;

  • De 01h00 à 04h45,
  • De 14h15 à 16h00 (tombé rapidement et très fort),
  • De 22h15 à 23h15 (sommeil court mais profond).

Vers 10h30, Stéphane et son fils Corentin viennent voir le galérien que je suis. Le fiston en bon sportif qu’il est, s’essaie à l’ergomètre : et il aime ça !!!

Son père lui dit alors que le cumul de ses activités sportives, ne lui laisse pas assez de temps pour s’adonner à cette discipline, dommage !

Pendant ce temps-là, je grappille des dizaines de kilomètres et me retrouve à 965 km parcourus au soir de ce dimanche.

Pour moi, hors de question de me reposer cette nuit... Il faut finir au plus vite.

Ce sera donc une énième nuit blanche.

Total jour 7 : 130 km.

 

Quatrième nuit blanche.

 

 Lundi 07 décembre 2015 :

J’enchaine les séries de 10 km à un rythme plutôt régulier (aux alentours de 2mn30s/500m) depuis le début.

Arrivé à 995 km, je revêts la tenue de l’ENO (je l’avais promis  à Alain dès février) et commence la toute dernière série qui m’amènera jusqu’au 1000ème kilomètre.

Un peu tendu, j’élève la cadence et la puissance. Je lève un peu le pied au bout de 2000m, car je ne veux pas coincer si près du but.

A 500m de l’arrivée, oubliées douleurs, crampes et fatigue. J’accélère progressivement jusqu’à 360W (alors que je m’étais donné comme valeur de consigne 120W max depuis le début).

Les 1000 kilomètres atteints, je pose la rame calmement : il est 03h48mn03s.

Marilyne vient m’embrasser, les larmes aux yeux et je fais une accolade à Michel, reporter émérite de cette aventure.

Monsieur Bequerel, réveillé par les applaudissements des deux témoins de la fin de course, me félicite à son tour avec le regard embrumé de sommeil.

Il n’y a pas de joie explosive, juste de la satisfaction : être allé au bout du défi.

Mes pensées vont aux deux premiers mille bornards : Etienne et Vincent.

Il m’aura donc fallu 6 jours 18 heures 36 minutes et 47 secondes, pour rallier les 1000 kilomètres.


Conclusion

un + un = trois.

C’est le travail d’équipe qui a permis la réussite de ce défi ; l’union fait la force et cela a été démontré de la plus belle des façons selon moi.

La musique a occupé une place prépondérante au sein du défi. Elle m’a fait voyager et rire.

Elle fut un partenaire indispensable.

Les choses à améliorer

Corriger ma gestion du temps car, parti la fleur au fusil, il m’a fallu une remise dans l’axe salutaire pour avoir le couteau entre les dents et optimiser mes pauses au mieux.

Revoir la préparation mentale, car le physique a répondu présent alors que le mental aurait pu être meilleur.

Préparer la salle non pas la veille dans l’après-midi, mais deux jours plus tôt.

Recommencer

Et pourquoi pas ? Dans un an minimum, une fois que j’aurai rectifié les détails qui ne m’ont pas permis d’explorer pleinement les différentes facettes de cette aventure qu’est le million de mètres.

La performance est tout autant dans la vitesse à réguler durant les tronçons, que dans le fait de couvrir la distance que l’on s’est fixé, ainsi que dans la capacité à surmonter les moments difficiles pour continuer à avancer.

 

Franck Vignerol

Lire aussi le 2e témoignage de Franck Vignerol pour son 2e 1000km (oct 2016)

Lire aussi le témoignage d'Etienne Deleau

 

 Revenir en haut de page 

 Publié le Vendredi 18 Décembre 2015