WidgetAvisVerifies

La science du sport et de l'exercice a toujours été le fondement de tout ce que nous faisons chez Wattbike. Avec la pandémie actuelle de COVID-19 qui met en lumière l'état de santé actuel du monde, nous avons décidé qu'il était temps de plonger profondément dans les archives scientifiques pour explorer la relation parfois compliquée entre l'exercice, le système immunitaire et les conditions médicales.

Saviez-vous que l'inactivité physique est aujourd'hui le quatrième facteur de risque de décès dans le monde? L'inactivité augmente également le risque de nombreux problèmes de santé, notamment: maladie coronarienne, hypertension artérielle, accident vasculaire cérébral, syndrome métabolique, diabète de type 2, cancer du sein et du côlon, et dépression. L'Organisation Mondiale de la Santé (OMS) ajoute que l'incapacité à maintenir des niveaux adéquats d'activité physique raccourcit la durée de vie d'une personne de 3 à 5 ans. Le manque d'exercice est même considéré comme aussi mortel que le tabagisme, et on estime que les faibles niveaux d'activité physique pourraient être responsables d'environ 1 cas sur 10 de maladie cardiaque (10,5%) et d'un peu moins de 1 cas sur 5 (18,7%) de cancer du côlon au Royaume-Uni. Une étude réalisée par l'Université de Cambridge indique qu'un manque d'exercice est responsable de deux fois plus de décès que l'obésité. Dans le climat actuel, l'inaptitude physique et la mauvaise santé ont mis en évidence les risques accrus auxquels se confronte la protection contre les virus. Les personnes obèses ou en surpoids sont presque deux fois plus susceptibles de mourir du COVID-19 et d'autres types de virus similaires. Des études montrent également que les patients atteints de diabète de type 2 ou d'autres syndromes métaboliques courent dix fois plus de risques de mourir de COVID-19. Avons-nous déjà retenu votre attention?

BONNE SANTÉ PHYSIQUE, SYSTÈME IMMUNITAIRE ET COVID-19

La santé générale de base de nombreuses populations occidentales est dans un état choquant depuis des décennies. La mondialisation accrue et les technologies améliorées ont créé un mode de vie sédentaire, qui, associé à de mauvaises habitudes alimentaires et au consumérisme, a conduit plus de 60% des adultes au Royaume-Uni et aux États-Unis à être en surpoids ou obèses. L'excès de graisse corporelle perturbe le système immunitaire et induit une inflammation chronique, et a été lié à la tempête de cytokines qui est responsable du syndrome de détresse respiratoire aiguë souvent observé dans la grippe et d'autres virus respiratoires. Cette relation s'est manifestée lors de la pandémie de grippe H1N1 en 2009, où 61% des patients admis dans un hôpital en Californie décédés de la grippe H1N1 étaient obèses. Il a également été constaté que les adultes obèses ont tendance à propager le virus de la grippe pendant 42% plus longtemps que les individus non obèses - ce qui suggère que l'obésité joue également un rôle supplémentaire dans la transmission du virus. Ce lien devient encore plus évident lorsque l'on examine la pandémie actuelle où, sur les 2204 premiers patients admis dans les unités de soins intensifs du NHS au Royaume-Uni avec COVID-19, 72,7% d'entre eux étaient en surpoids ou obèses. Il semble donc clair qu'un lien significatif entre l'obésité et un système immunitaire affaibli existe. Cependant, il est également important de noter que les maladies métaboliques ou les dysfonctionnements associés à l'obésité, tels que l'hypertension artérielle, les taux élevés de cholestérol, etc., peuvent également affecter les personnes d'un poids et d'un IMC normal , de sorte que n'importe qui peut être en mauvaise santé métabolique. Les personnes qui ont un poids normal mais qui ont une mauvaise santé métabolique ont un risque de mortalité et d'événements cardiovasculaires triple par rapport à ceux de poids normal et de bonne santé métabolique, et également un risque de décéder par COVID-19 décuplé. Il n'y a donc pas de poids santé, seulement une personne en bonne santé.

L'EXERCICE ET LE SYSTÈME IMMUNITAIRE - LE REMÈDE MAGIQUE ?

Selon les recherches colligées par le NHS, l'exercice peut réduire le risque de maladies graves jusqu'à 50% et réduire le risque de mort précoce de 30%. L'activité physique stimule également votre estime de soi, votre humeur, votre qualité de sommeil et votre énergie, tout en réduisant vos risques de stress, de dépression, de démence et de maladie d'Alzheimer. D'autres recherches suggèrent que l'exercice régulier peut même réduire le risque de syndrome de détresse respiratoire aiguë (SDRA), qui affecte jusqu'à 17% de tous les patients atteints de COVID-19.Dans d'autres recherches entreprises par le principal chercheur en exercice Dr Zhen Yan, de l'Université de Virginia School of Medicine, il est suggéré que l'antioxydant connu sous le nom de Superoxyde Dismutase Extracellulaire (EcSOD) joue un rôle important dans la chasse aux radicaux libres nocifs dans notre corps, protégeant nos tissus et aidant à prévenir les maladies. Ce qui est intéressant ici, c'est que la production d'EcSOD est améliorée même par une seule séance d'exercice cardiovasculaire, et en revanche de faibles niveaux de cet antioxydant peuvent être observés chez les patients atteints d'une maladie pulmonaire aiguë, d'une maladie cardiaque et d'une insuffisance rénale. Le Dr Richard Simpson, professeur agrégé au Département des sciences nutritionnelles, de pédiatrie et d'immunobiologie de l'Université de l'Arizona, est d'accord avec le Dr Zhen Yan et déclare qu'à chaque exercice, et en particulier à l'exercice cardiorespiratoire du corps entier, des millions de personnes immunisées les cellules sont immédiatement mobilisées. En particulier les types de cellules capables de reconnaître et de tuer les cellules infectées par le virus.Le lien entre l'exercice et un système immunitaire amélioré est discuté plus en détail par le professeur Sanjay Sharma, spécialiste des maladies cardiaques héréditaires, qui déclare qu'il existe de nombreuses preuves montrant cet exercice modéré effectué pendant 20 à 30 minutes 3 à 4 fois par semaine renforce le système immunitaire et réduit le risque d'infections virales. Il déclare également que de nombreuses études scientifiques ont montré qu'un bon niveau d'activité physique avant de développer une infection potentiellement grave telle que la grippe, empêche les gens d'en mourir. Cela peut en fait être observé pendant la grippe de Hong Kong en 1998, car les personnes qui continuaient de rester actives étaient plus susceptibles de survivre que les personnes qui ne faisaient pas d'exercice. Comment pouvons-nous quantifier, mesurer, suivre et améliorer la santé physique, afin que nous puissions mieux se protéger contre la maladie et finalement vivre plus longtemps? C’est une grande question. Mais Wattbike a la réponse: la forme cardiorespiratoire (CRF).

MESURER LA SANTÉ PHYSIQUE À TRAVERS LE FITNESS CARDIO-RESPIRATOIRE

Des recherches scientifiques sur les bienfaits de l'exercice et la façon dont notre corps y réagit ont identifié le CRF comme un moyen précis de mesurer la santé physique d'une personne. En termes simples, le CRF vous indique l'efficacité de votre corps à transporter l'oxygène vers les endroits où il en a le plus besoin. CRF quantifie la capacité fonctionnelle d'un individu et dépend de l'état actuel d'une chaîne de processus liée dans votre corps; vos systèmes musculaires respiratoires, cardiovasculaires et squelettiques. La CRF est donc liée à la santé - où une faible CRF est associée à des risques élevés de décès prématuré de toutes causes, et une CRF élevée est associée à une réduction de la mort prématurée de toutes causes.

CRF est une mesure de VO2max, qui est la quantité de millilitres d'oxygène par kilogramme par minute qu'il faut à votre corps pour fonctionner. Votre score VO2 max est donc lié à la capacité fonctionnelle de votre cœur. La recherche montre qu'en améliorant votre score CRF de 8 points, vous améliorerez votre espérance de vie active d'un an. Parlez de beaucoup pour votre argent. Maintenant, le CRF existe depuis longtemps, mais il n'a pas vraiment été compris ou apprécié correctement dans la communauté médicale, de la santé et du fitness. Cela a lentement commencé à changer en 1996 avec un article publié par Blair et al., Où ils ont étudié les influences de la condition cardiorespiratoire et d'autres précurseurs des maladies cardiovasculaires chez les hommes et les femmes, et ont montré que les individus plus en forme étaient moins à risque de maladies cardiovasculaires et de mortalité précoce par rapport aux individus inaptes. Les deux dernières décennies ont vu une croissance exponentielle du nombre d'études évaluant l'association entre les mesures du CRF, la mortalité et d'autres résultats de santé.

Dans un nombre croissant d'études, le CRF s'est révélé être un prédicteur du risque de mortalité plus puissant que les facteurs traditionnels tels que l'hypertension, le tabagisme, l'obésité et le diabète de type 2. De plus en plus de preuves ont maintenant fermement établi que de faibles niveaux de CRF sont associés à un risque élevé de maladies cardiovasculaires, de mortalité toutes causes et de taux de mortalité attribuables à divers cancers. Ainsi, bien que le CRF commence à devenir largement reconnu comme un marqueur important de la santé, il est actuellement la seule métrique majeure non systématiquement évaluée dans la pratique clinique. POURQUOI DEVRIEZ-VOUS TESTER L'APTITUDE? Ainsi, sur la base de toutes les raisons énumérées ci-dessus, les tests sont absolument cruciaux pour une évaluation de la santé, mais aussi pour la mise en œuvre d'un plan d'exercice ou d'entraînement pour aider à aborder le niveau de santé et de forme physique d'un individu. Les tests de fitness initiaux fournissent un point de départ et fournissent les informations de base nécessaires pour concevoir un plan d'entraînement approprié et efficace. Les tests de progression au cours d'un plan d'entraînement permettent une évaluation continue de la forme physique et permettent d'apporter des modifications au plan si nécessaire. Les tests à la fin d'un plan de formation permettent une analyse complète des progrès réalisés et contribuent également à la planification future. Le test CRF fonctionne également comme une évaluation des risques et peut être utilisé comme mesure préventive pour déterminer si une personne est particulièrement à risque de développer des troubles cardiorespiratoires ou métaboliques en fonction de son niveau de forme physique.

THE WATTBIKE HEALTH ASSESSMENTWe created an easy-to-do, accessible, and accurate test that would give each individual their CRF score and predicted VO2max to show individuals their current health and fitness benchmarks; and assign each individual a personalised, effective training plan and individual training zones that will increase their CRF score at the end of the recommended training block. The Wattbike Health Assessment was launched in 2017 via the Wattbike Hub app. The Health Assessment is a free to access submax ramp test that quantifies each individual’s CRF and provides them with personalised data and training zones to enable them to improve their score; so anyone can improve their health and extend their active life. The accuracy and reliability of our Health Assessment was picked up by health giant Bupa, and in late 2019, our official partnership was announced. Today, anyone can sign up to undertake the Health Assessment at numerous Bupa clinics around the UK to examine and analyse every part of their health, or you could undertake the Health Assessment at home to gain insight into your cardiorespiratory fitness.

POURQUOI DEVRIEZ-VOUS UTILISER UN WATTBIKE POUR DES TESTS D'APTITUDE CARDIORESPIRATOIRE ?

Tous les produits Wattbike sont vérifiés indépendamment pour offrir une précision inégalée, ils vous offrent donc une grande confiance pour tester, vous entraîner et améliorer la technique avec précision. L'analyse unique de la technique de pédalage du Wattbike offre des gains immédiats en matière de remise en forme en mettant en évidence les problèmes de technique de pédalage, et tous les produits Wattbike fournissent les paramètres d'entraînement appropriés en fonction de la puissance individuelle et des zones d'entraînement de la fréquence cardiaque, qui sont toutes établies à partir du test CRF. Le Wattbike est également inégalé dans sa capacité à mesurer les progrès, à re-tester et à réinitialiser les zones d'exercice et d'entraînement à mesure que la forme physique s'améliore, et chaque entraînement peut être enregistré, analysé et partagé. Wattbike est également la toute première entreprise à lancer une évaluation de la santé du CRF au Royaume-Uni, avec des plans de formation personnalisés, structurés et scientifiques pour améliorer le CRF sur une période de 12 semaines. Ces plans de formation offrent aux individus une structure, une cohérence et une motivation pour une amélioration optimale de leur condition physique. Plus de 100 000 évaluations de santé ont déjà été entreprises - alors qu'attendez-vous?

References:

Andersen, C. J., Murphy, K. E., & Fernandez, M. L. (2016). Impact of obesity and metabolic syndrome on immunity. Advances in Nutrition, 7(1), 66-75.

Ross, R., Blair, S. N., Arena, R., Church, T. S., Després, J. P., Franklin, B. A., ... & Myers, J. (2016). Importance of assessing cardiorespiratory fitness in clinical practice: a case for fitness as a clinical vital sign: a scientific statement from the American Heart Association. Circulation, 134(24), e653-e699.

Araújo, J., Cai, J., & Stevens, J. (2019). Prevalence of Optimal Metabolic Health in American Adults: National Health and Nutrition Examination Survey 2009–2016. Metabolic Syndrome and Related Disorders, 17(1), 46–52. doi: 10.1089/met.2018.0105

Bornstein, S. R., Dalan, R., Hopkins, D., Mingrone, G., & Boehm, B. O. (2020). Endocrine and metabolic link to coronavirus infection. Nature Reviews Endocrinology, 16(6), 297–298. doi: 10.1038/s41574-020-0353-9

Clausen, J. S., Marott, J. L., Holtermann, A., Gyntelberg, F., & Jensen, M. T. (2018). Midlife Cardiorespiratory Fitness and the Long-Term Risk of Mortality. Journal of the American College of Cardiology, 72(9), 987–995. doi: 10.1016/j.jacc.2018.06.045

Huber, L., & Shilton, T. (2017, March 30). The 4th leading risk factor for death worldwide: physical inactivity is an urgent public health priority. Retrieved from https://ncdalliance.org/news-events/blog/the-4th-leading-cause-of-death-worldwide-physical-inactivity-is-an-urgent-public-health-priority

Lee, D.-C., Artero, E. G., Sui, X., & Blair, S. N. (2010). Review: Mortality trends in the general population: the importance of cardiorespiratory fitness. Journal of Psychopharmacology, 24(4_suppl), 27–35. doi: 10.1177/1359786810382057Lee, I.-M., Shiroma, E. J., Lobelo, F., Puska, P., Blair, S. N., & Katzmarzyk, P. T. (2012). Effect of physical inactivity on major non-communicable diseases worldwide: an analysis of burden of disease and life expectancy. The Lancet, 380(9838), 219–229. doi: 10.1016/s0140-6736(12)61031-9

Malhotra, A. (2020, April 16). Covid 19 and the elephant in the room. Retrieved from https://www.europeanscientist.com/en/article-of-the-week/covid-19-and-the-elephant-in-the-room/NHS. (2012, July 18). Lack of exercise as 'deadly' as smoking. Retrieved from https://www.nhs.uk/news/lifestyle-and-exercise/lack-of-exercise-as-deadly-as-smoking/

NHS. (2018, June 11). Benefits of exercise. Retrieved from https://www.nhs.uk/live-well/exercise/exercise-health-benefits/

Runner's World. (2020, April 17). Why exercise should be part of your fight against coronavirus. Retrieved from https://www.runnersworld.com/uk/news/a32186719/coronavirus-protect-deadly-covid-19-complication/

Sharma, S. (2020, April 8). COVID-19: Specific advice regarding exercise by Professor Sanjay Sharma. Retrieved from https://www.c-r-y.org.uk/covid-19-specific-advice-regarding-exercise-by-professor-sanjay-sharma/

Simpson, R. j. (2020, March 30). Exercise, Immunity and the COVID-19 Pandemic. Retrieved from https://www.acsm.org/blog-detail/acsm-blog/2020/03/30/exercise-immunity-covid-19-pandemic

University of Cambridge. (2015, January 14). Lack of exercise responsible for twice as many early deaths as obesity. Retrieved from https://www.cam.ac.uk/research/news/lack-of-exercise-responsible-for-twice-as-many-deaths-as-obesity

World Health Organisation. (2020). Physical activity. Retrieved from https://www.who.int/health-topics/physical-activity